SPIEN

Enseignante suspendue à Nancy : un nouveau rapport sur le bureau du recteur.

mercredi 22 septembre 2010 par SPIEN - Matulik / Terver

Le rap­port défi­ni­tif de l’Inspection géné­rale de l’Eduction natio­nale (Igen) concer­nant l’enseignante nan­céienne de confes­sion juive sus­pen­due pour "man­que­ment aux obli­ga­tions de neu­tra­lité et de laï­cité" a été reçu lundi par le rec­teur de Nancy-Metz, a indi­qué le rec­to­rat à l’AFP qui n’en a pas pris connaissance.

L’avocate du pro­fes­seur, Me Christine Tadic, s’est éton­née de ne pas avoir eu com­mu­ni­ca­tion du docu­ment "alors qu’il s’agit d’une pro­cé­dure contra­dic­toire", a-t-elle regretté.

Catherine Pederzoli, 58 ans, pro­fes­seur d’histoire au lycée public Henri-Loritz de Nancy, est sus­pen­due par le rec­teur depuis la ren­trée sur la foi d’un pre­mier rap­port de l’Igen.

Ce docu­ment lui reproche entre autre de pri­vi­lé­gier le terme "Shoah" à celui de "géno­cide", consi­déré "à la fois plus neutre et juri­di­que­ment fondé" par les auteurs, ou d’avoir man­qué à ses obli­ga­tions de "neu­tra­lité et de laï­cité", du fait notam­ment qu’elle avait inclus un rab­bin dans l’équipe enca­drant les lycéens lors de leur voyage sur les lieux de la Shoah.

L’affaire avait créé une polé­mique et le ministre de l’Education natio­nale, Luc Chatel, avait reconnu le 2 sep­tembre que cer­tains pas­sages du rap­port étaient "par­ti­cu­liè­re­ment inap­pro­priés". Il avait alors réclamé un "rap­port final" de l’Igen.

Celui-ci est "lu avec la plus grande atten­tion par le rec­teur", a fait savoir le rec­to­rat, qui ne sou­haite pas en indi­quer la teneur, au nom du "devoir de réserve".

Catherine Pederzoli rece­vra dans les pro­chains jours "un cour­rier qui explique la démarche et les griefs rete­nus, et elle pourra consul­ter le rap­port au rec­to­rat", a-t-on égale­ment expliqué.

Les élus au conseil d’administration du lycée Loritz ont pour leur part dénoncé la "confis­ca­tion" de la vie de l’établissement depuis que l’affaire a éclaté, dans une lettre ouverte signée par les repré­sen­tants syn­di­caux.

"Nous réaf­fir­mons notre sou­tien aux déci­sions prises par l’équipe admi­nis­tra­tive de notre lycée et sou­hai­tons consa­crer notre éner­gie à notre tra­vail d’enseignant", écrivent-ils, alors qu’ils reven­diquent 241 signa­taires d’une péti­tion remise au rec­teur le 15 septembre.

En novembre 2009, une pre­mière péti­tion avait été lan­cée par une inter­syn­di­cale du lycée contre le pro­fes­seur d’histoire, signée à ce jour par 180 per­son­nels du lycée. Madame le pro­vi­seur avait démenti être à l’origine de l’initiative.

Les péti­tion­naires repro­chaient à Mme Pederzoli "les débor­de­ments calom­nieux qui anéan­tissent par voie de presse tous les efforts pro­duits par la com­mu­nauté éduca­tive pour valo­ri­ser l’image de marque de l’établissement".

Source : AFP


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 166573

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités /Agenda   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 7