SPIEN

Expérimentation du « sport l’après midi » : désapprobation générale.

mercredi 16 juin 2010 par SPIEN - Matulik / Terver

L’expérimentation « cours le matin, sport l’après-midi n’est pas une réponse à la question des rythmes scolaires. Telle est la principale réaction de la communauté éducative, au lendemain de l’annonce, le 25 mai, par le ministère de l’éducation nationale, de l’expérimentation de ce dispositif dans 100 établissements à la rentrée prochaine. Nombre de « risques » sont pointés par les diverses organisations. La FCPE craint que « certains jeunes se retrouvent désœuvrés hors de l’établissement dès 14 heures, les activités de l’après-midi n’étant pas obligatoires. Nous nous inquiétons de l’avenir des enseignants d’EPS « qui pourraient être mis en cause si le sport encadré par des animateurs sportifs se substituait à cette discipline ». De plus, le dispositif « se soldera par un nouveau déficit en heures de cours ». La ligue de l’enseignement soulève la question du financement d’une telle mesure « dans un contexte financier extrêmement tendu ». Chacune des organisations avance ses propositions : la mise en place d’une semaine de quatre jours pour la FCPE ; l’augmentation des horaires d’EPS pour le SNEP-FSU, principal syndicat des professeurs d’EPS, et l’affectation dans les établissements difficiles, d’un enseignant d’EPS supplémentaire ; le gel des suppressions de postes pour l’UNL, qui « organisera une vaste consultation lycéenne (sur les rythmes scolaires) dans toutes les académies dès la rentrée prochaine ». La conférence nationale sur les rythmes scolaires sera installée le 7 juin pour plusieurs mois et fera des propositions courant de l’année 2011.

Source des informations : la lettre de l’éducation.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 159906

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités /Agenda   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 9