SPIEN

Fronde contre une fermeture d’école à Saint-Dié dans les Vosges.

mardi 15 juin 2010 par SPIEN - Matulik / Terver

La déci­sion de la mai­rie de Saint-Dié (Vosges) de fer­mer une école pri­maire sus­cite depuis quelques semaines l’opposition de nom­breux parents d’élèves, dont deux observent une grève de la faim, tan­dis que la muni­ci­pa­lité fus­tige une “cam­pagne de désinformation”.

Le pro­jet, qui devrait être acté en conseil muni­ci­pal ven­dredi pro­chain, concerne l’école Camille-Claudel, un établis­se­ment de trois classes situé en péri­phé­rie de Saint-Dié et qui doit fusion­ner avec l’école d’un quar­tier voi­sin, a expli­qué à l’AFP Pascal Mathis, l’un des porte-parole du mouvement.

En grève de la faim avec une col­lègue depuis une semaine, les deux parents se sont ins­tal­lés dans un camping-car garé devant la mairie.

Entamé début avril, dès l’annonce du pro­jet, le mou­ve­ment réclame l’ajournement du pro­jet de fer­me­ture et demande une concer­ta­tion glo­bale sur l’ensemble de la ville pour la ren­trée 2011.

Fin avril, 600 per­sonnes ont mani­festé et un ras­sem­ble­ment de 300 per­sonnes s’est tenu samedi. Une péti­tion a par ailleurs réuni 4.000 signa­tures, selon M. Mathis.

Ce pro­jet “ne se jus­ti­fie abso­lu­ment pas, c’est une déci­sion arbi­traire” prise “sans concer­ta­tion”, poursuit-il, rap­pe­lant que l’inspection d’académie n’a annoncé aucune sup­pres­sion de postes ni de classes dans les deux écoles concer­nées par la fusion.

Selon lui, Camille-Claudel compte 67 élèves et doit en accueillir 75 à la ren­trée pro­chaine, des chiffres contes­tés par la muni­ci­pa­lité qui dénombre 38 élèves “dans la plus petite école de la ville”.

Dans un com­mu­ni­qué, Romuald Gbedey, adjoint à l’Education, défend “la posi­tion muni­ci­pale de mutua­li­sa­tion des moyens et espaces sco­laires” et dénonce “une cam­pagne de dés­in­for­ma­tion et de mani­pu­la­tion menée par quelques parents d’élèves”.

L’élu juge la grève de la faim “tota­le­ment dis­pro­por­tion­née au regard de l’enjeu : 38 enfants qui seront accueillis dans d’excellentes condi­tions dans une école d’un quar­tier (…) dis­tant de deux kilomètres”.

Il déplore enfin “un cli­mat détes­table”, affir­mant que des employés com­mu­naux ont été “pris à par­tie” et que des habi­tants et des parents d’élèves sou­te­nant le pro­jet de la mai­rie ont fait l’objet de “pressions”.

Source : AFP


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 159928

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités /Agenda   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 37