SPIEN

Vers l’harmonisation de la politique de la ville et de l’éducation nationale.

dimanche 21 mars 2010 par SPIEN - Matulik / Terver

« Il est urgent d’assurer une meilleure cohérence entre la politique de la ville et l’action de l’éducation nationale ». Philippe Dallier et Gérard Longuet, tous deux sénateurs (UMP), sont catégoriques. Intitulé « Education nationale et quartiers de la politique de la ville : assurer l’égalité républicaine », leur rapport rendu public le 2 mars pointe dans l’éducation nationale, le paradoxe d’une répartition de moyens « qui ne permet pas d’améliorer significativement le taux d’encadrement dans l’éducation prioritaire ». A l’appui de cette affirmation, le rapport constate, que , dans l’académie de Créteil, le nombre d’élèves dans les classes de primaire situées en zone d’éducation prioritaire (ZEP) s’élève en moyenne à 24 alors que, hors ZEP, la moyenne nationale est de 23,5. Sur la question très controversée de l’assouplissement de la carte scolaire, le rapport indique qu’il constitue un facteur d’extension des ghettos scolaires. Pour pallier cette absence de coordination, Philippe Dallier et Gérard Longuet suggèrent que l’éducation nationale participe aux instances locales de pilotage des dispositifs de la politique de la ville. Ils plaident pour une redéfinition des obligations de service des enseignants qui intégrerait le soutien aux élèves en difficulté. , « ce qui pose la question de la revalorisation du métier et de la formation des enseignants à ces nouveaux publics ».

Source des informations : la lettre de l’éducation.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 162530

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Sites   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 6