SPIEN

Incarcération du collégien de 13 ans qui a agressé son professeur.

dimanche 17 mai 2009 par SPIEN - Matulik / Terver

Le collégien de 13 ans qui a agressé vendredi son professeur de mathématiques dans un collège près de Toulouse a été mis en examen pour tentative d’homicide volontaire et emprisonné dans un établissement réservé aux mineurs, suscitant les craintes de son avocat.

"Ce mineur a été l’objet d’une ordonnance de placement en détention provisoire à Lavaur, c’est un établissement pénitentiaire pour mineurs, un centre adapté aux mineurs où tout est fait pour préserver la reconstruction et la réinsertion du mineur", a déclaré à des journalistes le procureur de la République de Toulouse, Michel Valet.

Les établissement pénitentiaire pour mineurs (EPM) sont des centres fermés dont la vocation est de concilier détention et réinsertion. Ils n’accueillent que des mineurs et leur fonctionnement est adapté, avec des enseignants, pour qu’ils continuent de suivre leur scolarité, a précisé le procureur.

L’état de santé de l’enseignante de 32 ans du collège François-Mitterrand de Fenouillet, dans la banlieue de Toulouse, était rassurant samedi, selon le CHU où elle a été opérée d’urgence après avoir été blessée au thorax d’un coup de couteau de cuisine.

Dans une classe du collège, l’élève de 5e a agressé son professeur de mathématiques qui l’avait puni la veille pour un devoir non fait, après lui avoir demandé de retirer la punition.

L’avocat de l’adolescent, Me Emmanuel Tricoire, s’est dit préoccupé par l’emprisonnement et a décrit "un tout petit enfant, pas un adolescent perturbé, qui a voulu par ce geste se protéger d’une sanction qui allait mettre en évidence ce qu’il vivait comme un échec scolaire".

"Il regrette. Il a compris son geste sur le moment. Il dit qu’il ne voulait pas lui faire de mal. Il m’a demandé x fois comment elle allait. Il est pétrifié, paniqué par ce qu’il a fait", a ajouté l’avocat.

"Il faut le protéger, je regrette la mesure d’incarcération. J’ai peur car il va se retrouver au milieu de délinquants" dans le centre de Lavaur, a conclu Me Tricoire, qui précise que le psychiatre qui l’a examiné l’a trouvé immature.

"C’est une décision particulièrement difficile à prendre, compte-tenu de son âge (...) et du décalage important entre la gravité de l’acte et son mobile, entre la gravité de l’acte et ce qu’on sait de ce jeune", a estimé le procureur.

Le recteur Olivier Dugrip a décrit "un élève qui n’était pas signalé comme violent, qui avait des résultats scolaires moyens. Rien ne laissait présager ce type de comportement".

Un représentant des parents d’élèves du collège, Jean-Luc Laronce, s’est dit "surpris par l’intervention du ministre" de l’Education Xavier Darcos, qui a évoqué vendredi à Toulouse la possibilité d’installer des caméras et portiques de détection à l’entrée des établissements.

"La réponse ne peut en aucun cas être sécuritaire. Nous manquons de moyens humains. Le déplacement de M. Darcos correspond à un demi-poste d’enseignant sur un an", a-t-il souligné.

Hervé Villeneuve, parent d’élève affilié à la FCPE, a constaté une dégradation progressive des conditions de vie au collège. "On tire la sonnette d’alarme depuis des années. Un surveillant pour 100 élèves, c’est dangereux. Il faut faire du préventif", dénonce-t-il.

Le collège François-Mitterrand de Fenouillet rouvrira lundi à 08h00.

Source : AFP


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 163433

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités /Agenda   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 86