SPIEN

La reconquête du mois de juin : premier bilan.

dimanche 14 septembre 2008 par SPIEN - Matulik / Terver

Expérimentée en juin dernier dans quinze départements, cette nouvelle organisation du baccalauréat a permis, selon le ministère, « un gain effectif de deux à trois semaines de cours » pour les élèves de 2nd et de 1ère. Les lycées ont en effet réussi à organiser « simultanément les épreuves de l’examen, les cours et les conseils de classe » avec un taux de présence de 60% à 80% et un taux de présence des enseignants de 100%.

Mais sur le terrain, la reconquête du mois de juin ne se fait pas sans douleur :

« Pour les élèves de seconde, nous avons regagné entre deux et trois semaines de cours. Dans certains lycées, les élèves étaient présents encore le 23 juin. Mais dans d’autres du 16 au 21 juin, le nombre d’élèves présents déclinait progressivement », explique le Rectorat d’Amiens, l’une des six académies qui vient d’expérimenter le dispositif « de reconquête du mois de juin » voulu par Xavier Darcos. « A Rouen les cours de seconde étaient maintenus au maximum jusqu’au 19 juin ».

« A Besançon, les cours ont lieu jusqu’au 20 juin. Selon les premières remontées, de 75% à 93 % des élèves étaient encore en cours le vendredi 20 juin », explique Marie-Jeanne Philippe, rectrice de l’académie.

En attendant, pour assurer la présence des enseignants en cours, les rectorats ont suivi chacun leur propre stratégie. En Haute-Normandie, « nous avons recruté 300 vacataires afin de surveiller les épreuves du baccalauréat », explique le Rectorat de Rouen, alors qu’en Franche-Comté, « le rectorat a embauché 320 vacataires ». « Si nous avions opté pour cette formule, bous aurions dû recourir à 960 vacataires, impossible ! » relève le rectorat d’Amiens qui a décidé « d’organiser les épreuves dans chaque établissement, alors que nous organisions généralement le bac dans les gros centres ». Le Rectorat d’Amiens a ainsi fait confiance aux chefs d’établissements avec une seule consigne : « utilisez vos équipes et faites, si besoin, des recrutements locaux ». De fait, « les journées des personnels de direction ont été très lourdes ces derniers temps, relève le rectorat de Dijon mais « ils ont joué le jeu ». Mis également à contribution, les enseignants, qui devaient corriger les copies du bac avec une semaine de moins par rapport à l’an dernier, et ce dans toutes les académies se sont avérés pour leur part très remontés.

Xavier Darcos reste déterminé : l’an prochain, le mois de juin sera reconquis dans toute la France.

Source des informations : la lettre de l’éducation.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 159803

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités /Agenda   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 4