SPIEN

Le recrutement au niveau du master 2 : vers la fin des IUFM...

lundi 16 juin 2008 par SPIEN - Matulik / Terver

Les IUFM doivent-ils mettre la clé sous la porte ? Alors que la majorité des instituts de formation des maîtres viennent d’être intégrés aux universités, leur avenir semble flou. Le ministre de l’éducation nationale a en effet annoncé la semaine dernière, par médias interposés (Le Monde, France Info), sa volonté de contourner les IUFM. 

Afin de tenir la promesse de Nicolas Sarkozy de recruter les enseignants au niveau master, et non plus au niveau licence (Capes) ou master 1 (agrégation), Xavier Darcos propose d’organiser les concours de recrutement pendant la seconde année de master d’un étudiant. Les concours du Capes et de l’agrégation ne seraient pas mis en cause, mais pourraient être déclinés en deux temps. « En janvier, les candidats passeraient une épreuve académique pour vérifier les connaissances, puis une formation pratique express sur le terrain de quelques semaines avant une épreuve pratique elle aussi d’admission », selon Emmanuel Davidenkoff, de France Info. La préparation de ces concours pourrait être confiée soit aux IUFM, soit directement aux départements disciplinaires universitaires. Une fois reçus et titulaires de leur master, les étudiants entreraient directement dans le métier. Au lieu de leur année de professionnalisation à l’IUFM, les nouveaux enseignants bénéficieraient d’un « compagnonnage intensif » de la part d’enseignants expérimentés. Au bout d’un an, ils seraient titularisés.

Pour le ministre de l’éducation, ce projet, qui sera présenté mi-juin au conseil des ministres pour une application à la rentrée 2010, a plusieurs avantages. Tout d’abord, il permet de tenir la promesse d’une revalorisation du salaire de démarrage dans le métier : recrutés à bac + 5, les enseignants seraient mieux payés. Ensuite, en supprimant la deuxième année d’IUFM, le ministère pourrait économiser entre 10 000 et 11 000 postes correspondant aux stagiaires actuels. Une manne importante à l’heure des restrictions budgétaires. De même, ce système permet de garantir à tous les étudiants un master, qu’ils réussissent ensuite le concours ou non. Enfin, avec cette mesure, Xavier Darcos ferait un cadeau aux « pourfendeurs » des IUFM, qui critiquent depuis des années les « dérives pédagogistes ».

Source : la lettre de l’éducation


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 159906

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités /Agenda   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 9