SPIEN

L’iredu plaide pour « la fin de la loterie des notes pour le baccalauréat ».

dimanche 6 avril 2008 par SPIEN - Matulik / Terver

Un diplôme dévalorisé, une notation « arbitraire » des élèves, un coût financier élevé…. Bruno Suchaut, directeur de l’Institut de Recherche sur l’Education (Iredu) plaide dans une étude « la question de la suppression du bac » dans sa forme actuelle. Il démontre notamment les écarts de notations des copies du baccalauréat selon leur correcteurs. Par exemple en 2006-2007, trois copies de sciences économiques ont été soumises à la correction d’une trentaine de correcteurs. « Les écarts de notation d’un correcteur à l’autre sont très importants, jusqu’à 10 points. Ainsi une copie, qui a officiellement obtenu 9 au bac, a une chance sur six d’obtenir une note supérieure à 12, mais aussi un risque sur six d’obtenir une note inférieure à 6. Ainsi pour l’épreuve de sciences économiques et sociales qui est affectée d’un coefficient 7, un écart de cinq points en matière de notation entraîne au total des différences de 35 points, ce qui est loin d’être négligeable… ». Selon Bruno Suchaut, plusieurs solutions pourraient être envisagées pour rétablir l’équité des candidats : améliorer les grilles de correction avec des barêmes précis, multiplier les doubles corrections ou recourir au QCM « quand la nature de l’épreuve le permet ». Cependant aucun de ces outils ne semble totalement satisfaisant ou adapté. Pour le chercheur, il faudrait faire le deuil de la notation actuelle, et donc du bac, et revoir complètement « les mécanismes de sélection, d’orientation et de certification des élèves ».

Source des informations : la lettre de l’éducation.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 163557

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités /Agenda   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 7