SPIEN

Le rapport Attali agace...

jeudi 7 février 2008 par SPIEN - Matulik / Terver

"Une dépense d’éducation qui a été multipliée par 1,8 depuis 1980, pour atteindre 6,8% du PIB" et des "résultats décevants". Face à ce constat qui précise que 40% des jeunes finissent leur scolarité primaire avec de graves lacunes, 17% des jeunes quittent le système éducatif sans CAP, ni BEP, ni Baccalauréat et 50000 jeunes qui sortent du système scolaire avant la terminale, la commission Attali estime qu’il faut "modifier les modes d’éducation, d’orientation et de promotion au sein de la société. La préoccupation du résultat doit aujourd’hui primer sur la simple exigence de moyens. La France peut faire beaucoup mieux avec les mêmes moyens. Pour se faire, la commission Atali propose 28 "décisions". Parmi les décisions certaines semblent pertinentes :

  • améliorer la formation des éducateurs de crèches ;
  • éviter le redoublement en primaire ;
  • refonder le système d’orientation sur les carrières ;
  • donner aux étudiants de licence à l’université un encadrement équivalent à celui des élèves de classe préparatoire ;
  • augmenter le budget des universités ;
  • ouvrir les universités sur le monde …

D’autres témoignent d’une méconnaissance du système éducatif et de sa culture lorsque cette commission propose "Inclure dans le socle commun l’apprentissage d’Internet et de l’anglais".De même on peut s’interroger sur le libre choix des parents pour les établissements scolaires, qui ne s’arrête pas à la suppression de la carte scolaire, mais se double "d’un droit à l’éducation", adaptation française du "chèque éducation" américain qui permettrait aux parents d’inscrire leurs enfants indifféremment dans le public ou le privé. De plus l’idée de créer dix universités mondiales, sous forme de réseau de département universitaires, semble préfigurer une nouvelle usine à gaz, se superposant aux PRES mis en place l’an dernier.

Enfin l’idée de donner l’autonomie de recrutement des enseignants aux écoles et établissement scolaires ne manque pas d’agacer alors que les discussions sur la condition enseignante vont s’ouvrir très rapidement.

Si Nicolas Sarkozy s’est engagé à réaliser l’essentiel de ces mesures, ce seront aux ministres de reprendre la main. Ils devront faire preuve de pédagogie.

Source des informations : la lettre de l’éducation.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 162530

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités /Agenda   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 6