SPIEN

Les syndicats remontés contre la réforme du bac pro en trois ans.

jeudi 17 janvier 2008 par SPIEN - Matulik / Terver

Les syndicats sont unanimes pour condamner la généralisation "à marche forcée" du baccalauréat professionnel en trois ans. Le SNPDEN (UNSA), le syndicat des chefs d’établissement, remet tout particulièrement en cause l’objectif du ministère d’accueillir 40 000 élèves en bac pro trois ans à la rentrée prochaine : "l’obsession du chiffre à réaliser risque d’entrer en contradiction avec les critères mentionnés par les mêmes autorités, pour tenir compte des publics accueillis et des perspectives d’insertion." D’un coté, le SPIEN, le Snetaa (EIL), la CGT, le SNFOLC (FO) et le SNUEP(FSU) demandent la suppression du bac pro en trois ans. Cette modification de l’offre de diplômes (remplacement d’une partie des BEP par des secondes pro) entraînera "la réduction de 30% des postes de professeurs de LP", "la déprofessionnalisation de la formation" ou encore "l’accélération de sortie de milliers d’élèves sans qualification", accusent le SNETAA et le SNFOLC dans un communiqué commun. Le SPIEN, lui condamne les suppressions de 20% et non de 30% des postes et déplore une remise en question de l’efficacité de la formation professionnelle. D’autres syndicats (SE-UNSA, SGEN-CFDT) sont opposés à une évolution du bac pro, si la possibilité d’un bac pro en quatre ans est laissée ouverte. Le ministère, qui planche actuellement sur le cahier des charges de la nouvelle seconde professionnelle, estime pour sa part que le bac pro en trois ans constitue "un élément important de revalorisation de la filière".

Source des informations : la lettre de l’éducation


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 165919

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités /Agenda   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 83