SPIEN

L’Assemblée vote les crédits 2008 de l’enseignement scolaire (59,26 mds EUR

vendredi 16 novembre 2007 par SPIEN - Matulik / Terver

L’Assemblée nationale a adopté jeudi les crédits de la mission "enseignement scolaire" pour 2008 qui s’élèvent à 59,26 mds d’euros (stable comparé à 2007) dans le projet de budget, soit le plus gros poste de dépenses de l’Etat pour l’exercice 2008.

Les crédits, défendus par Xavier Darcos comme "un budget s’inscrivant dans la maîtrise de la dépense publique", ont été adoptés avec les seules voix de la majorité présidentielle (UMP et NC). Les deux groupes de l’opposition (SRC-PS et GDR-PCF) ont voté contre.

Le projet de budget de la mission "Enseignement scolaire", confirme la suppression nette de 11.200 postes dans l’enseignement scolaire public et privé, vivement dénoncée en séance par les orateurs PS et PCF.

La mission budgétaire comprend six programmes : enseignement public du premier degré (16,66 mds), enseignement public du second degré (28,34 mds), "vie de l’élève" (4 mds), enseignement privé du premier et second degrés (6,88 mds), soutien à la politique de l’éducation (2,09 mds), et enseignement technique agricole (1,26 milliard).

S’agissant des effectifs, le projet de budget de M. Darcos pour 2008 prévoit 1.022.641 ETPT (emplois équivalents temps plein).

Quelque 400 M EUR sont destinés au paiement d’heures supplémentaires : d’abord 217 millions (75.600 heures supplémentaires exonérées de charge sociale) pour compenser 4.200 suppressions de postes à l’année, et ensuite 183 millions (1.199.000 heures défiscalisées) pour les enseignants volontaires pour conduire des études dirigées après la classe.

Lors du débat, M. Darcos a défendu la décision du gouvernement de supprimer 11.200 postes, qualifiant celle-ci de contribution à "la maîtrise de la dépense publique".

"Le ministère, dont j’ai la charge, fait le choix résolu et courageux d’un schéma d’emploi maîtrisé sans pour autant renoncer à ses ambitions et même en améliorant les conditions de travail et de vie des élèves et de leurs enseignants", a-t-il assuré.

Si les groupes de la majorité ont apporté leur soutien, la gauche a dénoncé un budget "inefficace économiquement à court comme à moyen terme", comme l’a affirmé Sandrine Mazetier (SRC-PS).

Yves Durand (PS), tout comme Marie-Hélène Amiable (PCF), ont déploré le non remplacement des fonctionnaires, rappelant que "près de 40.000 postes ont été supprimés depuis 2003" à l’Education nationale.

M. Darcos a défendu la suppression des cours du samedi matin dans le primaire, décriée par la gauche pour "défaut de concertation", assurant que l’objectif était de permettre aux enseignants de "donner plus de leur temps à ceux qui en ont le plus besoin".

Il a annoncé "le recrutement rapide" de 2.700 "auxiliaires de vie scolaire" (AVS) pour l’accueil des handicapés. Un amendement - prévoyant 15 M EUR pour financer ces postes - a été adopté, avec le soutien PS, portant les crédits "accompagnement des élèves handicapés" à 151 millions EUR.

Ont été aussi adoptés un amendement octroyant à l’enseignement technique agricole 800.000 euros destinés à la rémunération des AVS, et un autre majorant de 780.000 euros les crédits de ce même programme afin de financer 17 emplois temps plein.

Source : AFP


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 159906

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités /Agenda   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 13