SPIEN

Darcos pour un "rééquilibrage" des trois filières du bac général.

lundi 17 septembre 2007 par SPIEN - Matulik / Terver

Le ministre de l’Education Xavier Darcos va s’attaquer en janvier au "rééquilibrage" des trois filières du bac général, littéraire, économique et l’hégémonique scientifique, mais il a inquiété jeudi les syndicats en évoquant l’idée de les fondre en un bac commun avec options.

Interrogé par RMC-Info sur l’opportunité d’une filière commune avec des options, M. Darcos a répondu qu’il s’agissait d’une "question qu’on peut débattre, c’est certainement une orientation vers laquelle il faut aller, qui mérite d’être retenue".

"Ca ne peut pas se faire sans qu’on en ait parlé très longtemps auparavant avec nos collègues", a-t-il aussitôt ajouté.

"Ce qui m’inquiète plutôt, c’est l’équilibre des filières", a poursuivi le ministre, qui doit faire des propositions concrètes en janvier, après concertations.

Acteur central et bientôt bi-centenaire du système éducatif français, le bac est un dossier hautement épineux sur lequel François Fillon a reculé en 2005 face aux lycéens opposés à l’injection d’une dose de contrôle continu.

Il a été réformé pour la dernière fois par Lionel Jospin mais, la procédure de réforme étant longue à mettre en place, les filières S (scientifique), L (littéraire) et ES (économique et social) ne se sont substituées aux A (littéraire), B (économique), C, D et E (scientifiques), créées en 1968, qu’à la session de 1994.

"La voie scientifique est la voie royale alors qu’on ne devrait la faire que parce qu’on veut faire des sciences", a regretté Floréale Mangin, présidente de l’Union nationale lycéenne (UNL).

Cette hégémonie se vérifie dans les statistiques du ministère : un quart des étudiants inscrits à la rentrée 2005 en classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) littéraires étaient titulaires d’un bac S.

Dans le détail, Xavier Darcos fait le même bilan, d’"une filière S qui n’a plus qu’une fonction, c’est de sélectionner des élites (...) y compris des élites qui ensuite vont faire du droit ou des lettres".

En revanche, pour Roland Hubert, secrétaire général du Snes-FSU (majoritaire), "il y a autour de la série S un ensemble de choses qui se disent et qui relèvent du fantasme". Elle reste la série la plus choisie parce que "c’est la série la plus générale de toute, en tout cas plus que la série L", explique-t-il, rappelant que son syndicat réclame "depuis des années" une réflexion sur cette filière, qui perd des élèves et souffre d’une mauvaise image.

Le responsable syndical a assuré avoir été "très très surpris" des propos de M. Darcos jeudi sur un bac commun. "Il nous a dit mardi dernier qu’il ne ferait pas de +déclarations qui engagent+ avant 2008, on ne peut pas concevoir le dialogue social comme ça !", a-t-il protesté.

Il a d’ailleurs prévenu que des discussions ne pourraient se tenir que dans le cadre d’un projet qui ne "met pas en péril la possibilité pour les élèves de se construire une culture commune selon des approches diversifiées".

"On parle de réformer le collège unique et on voudrait faire un bac unique ? J’ai du mal à voir la cohérence du projet derrière", a ironisé Floréale Mangin.

"Le ministre n’a fait que répondre à une question, il n’y a rien à ajouter", s’est contenté de répondre l’entourage du ministre à l’AFP.

Source : AFP


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 159928

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités /Agenda   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 20