SPIEN

Philippe Meirieu : le prochain président devra "réconcilier école et famille"

jeudi 12 avril 2007 par SPIEN - Matulik / Terver

Le pédagogue Philippe Meirieu, l’un des fondateurs des Instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM) et du Conseil national des programmes, estime que le plus gros chantier du prochain quinquennat sera de "réconcilier école et famille".

Q : Quel regard portez-vous sur la campagne ?

R : Cette campagne fait bouger les lignes et je m’en réjouis. On sort de l’idéologie, des archétypes tout-Etat à gauche contre toute-initiative à droite remontant au XIXe siècle.

L’autorité et la famille, qui ne sont pas des thèmes traditionnels de la gauche, sont repris par Ségolène Royal alors que Nicolas Sarkozy cite Jaurès ou Blum. Ca peut brouiller la visibilité mais cela fait émerger des idées nouvelles.

Le succès de Bayrou tient à sa capacité à faire bouger les lignes.

Le côté négatif de la campagne, c’est que la communication prime de plus en plus sur l’analyse. Avec l’irruption de médias tel qu’internet et des personnalités politiques qui ont joué le jeu de la +peopolisation+, la campagne se fait à coup de formules plutôt qu’avec des idées et des projets.

Q : Quelle est la première mesure qui devrait être prise en matière d’éducation ?

R : Je souhaiterais qu’on donne 1.000 euros par an de budget pédagogique, sans condition, à chaque classe, par l’intermédiaire de son professeur principal.

Enseignants et élèves pourraient décider de monter une pièce de théâtre, un laboratoire ou un journal. Aujourd’hui, pour obtenir 500 euros il faut faire 18 exemplaires de 25 demandes. Du coup les enseignants abandonnent.

Ca serait une forme de "micro-crédit" pour donner une impulsion, pousser les gens à construire du lien social en les mobilisant sur des projets même modestes.

On pourrait financer cette mesure en supprimant les redoublements... ou par une vignette sur la télévision (sourire).

Q : Quel est le premier chantier auquel le/la futur(e) président(e) devra s’atteler ?

R : Réconcilier l’école et la famille. Toutes les polémiques qui ont été soulevées concernant l’éducation pendant la campagne (rythme et carte scolaire, soutien, obligation de service des enseignants, etc) relèvent du dialogue avec les parents. Il y a besoin de concertation, au niveau national comme au niveau local, pour reconstruire la confiance entre parents et l’école.

Il existe des lieux de dialogue comme les conseils d’école ou les conseils d’administration de lycées, mais ils fonctionnent mal, ils sont trop administratifs.

Il faudrait des assemblées de parents par exemple, pour redonner à ces derniers le pouvoir dans l’école, les associer à l’amélioration du système et éviter qu’ils soient tentés d’aller voir ailleurs.

Source : AFP


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 164376

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités /Agenda   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 44