SPIEN

2.500 contrats d’emplois d’avenir professeur ont été signés.

mercredi 20 février 2013 par SPIEN - Matulik / Terver

Le gou­ver­ne­ment a annoncé jeudi 14 février que 2.500 contrats d’emplois d’avenir pro­fes­seur (EAP) avaient été signés et que 4.000 le seraient d’ici deux semaines, le Premier ministre assu­rant que les objec­tifs allaient être "lar­ge­ment tenus".

"Nous sommes à plus de 2.500 (contrats signés ndlr), nous serons à 4.000 dans deux semaines", a affirmé le ministre de l’Education natio­nale Vincent Peillon, venu avec Jean-Marc Ayrault assis­ter à la signa­ture de ces contrats par des étudiants de l’académie de Reims (Marne), au collège-lycée Colbert.

Il s’exprimait lors d’une table ronde avec huit étudiants sélec­tion­nés pour en béné­fi­cier, à un peine un mois du lan­ce­ment de ce dispositif.

"Les objec­tifs du ministre de l’Education natio­nale concer­nant les EAP vont être lar­ge­ment tenus", a assuré le Premier ministre devant la presse, rap­pe­lant l’objectif qu’environ 18.000 étudiants en béné­fi­cient d’ici 2015.

Les EAP sont réser­vés à des étudiants bour­siers d’un niveau com­pris en la deuxième année de licence et la pre­mière année de mas­ter et qui sou­haitent se des­ti­ner au métier de professeur.

Ils s’engagent à pas­ser des concours d’enseignement et à tra­vailler à temps par­tiel dans l’éducation natio­nale ou l’enseignement agri­cole, tout en étudiant, avec une rémunération.

"C’est l’ascenseur social que nous vou­lons remettre en marche", a sou­li­gné le Premier ministre.

Interrogé sur le fait que le dis­po­si­tif des emplois d’avenir (non des­ti­nés aux pro­fes­seurs), démar­rait, lui, beau­coup plus len­te­ment, M. Ayrault a reconnu : "cela monte dou­ce­ment, cela monte lentement".

"Hier on vous don­nait le chiffre de 4.000 mais selon les indi­ca­tions que j’ai, on est près de 8.000 en réa­lité", a-t-il ajouté, évoquant "des inten­tions qui sont celles des col­lec­ti­vi­tés locales, des asso­cia­tifs, du sec­teur de l’économie sociale et solidaire".

"Ca va mon­ter en puis­sance", a-t-il assuré, tout en appe­lant "à se mobi­li­ser davan­tage encore".

En marge de la visite minis­té­rielle, une cen­taine de mani­fes­tants, pro­fes­seurs et sala­riés d’usines de la région en dif­fi­culté, se sont ras­sem­blés devant la sous-préfecture de Reims où des délé­ga­tions de la CGT et de la FSU ont été reçues.

"Les +EAP+ sont plu­tôt une bonne idée mais pour sau­ver l’enseignement, il faut un pré-recrutement accom­pa­gné d’un vrai salaire et non d’une bourse", a estimé Annie Becret, secré­taire régio­nale de la FSU.

Selon les syn­di­cats, la mani­fes­ta­tion ini­tia­le­ment pré­vue aux abords du lycée Colbert a été inter­dite par les auto­ri­tés pré­fec­to­rales qui l’ont réorien­tée dans le centre ville de Reims à plu­sieurs kilo­mètres du lycée.

Source : AFP


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 160563

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités /Agenda   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 1