SPIEN

Le Haut Conseil de l’Education s’inquiète d’un échec scolaire "croissant".

mardi 11 décembre 2012 par SPIEN - Matulik / Terver

Le Haut Conseil de l’Education met en garde contre le "niveau crois­sant d’échec sco­laire" en France et des "per­for­mances en baisse" dans son rap­port annuel, trans­mis ven­dredi à François Hollande et dont l’AFP a eu copie.

"Le nombre élevé de sor­tants sans diplôme (envi­ron un jeune sur six chaque année) et la pro­por­tion d’élèves ayant des acquis insuf­fi­sants (15 %) ou fra­giles (25 %) tant en fin d’école pri­maire qu’en fin de col­lège en témoignent", selon le document.

Pour le HCE, "l’évolution est même pré­oc­cu­pante puisqu’elle fait appa­raître une dégra­da­tion des résul­tats, notam­ment pour les élèves les plus faibles".

Cet orga­nisme consul­ta­tif des­sine quelques pistes comme "trou­ver d’autres solu­tions que le redou­ble­ment" qui, "outre le coût qu’il repré­sente pour la col­lec­ti­vité", "tend (...) à ancrer un sen­ti­ment d’échec chez l’élève et ne tient pas compte de la diver­sité de ses acquis".

Il convient égale­ment d’"accorder la prio­rité à l’école pri­maire, déci­sive pour la réus­site ulté­rieure". Or, si "les dépenses par élève du secon­daire sont 15 % plus élevées en France que la moyenne de l’OCDE", "celles du pri­maire sont infé­rieures de 17 %".

"Même dans un contexte bud­gé­taire contraint, il est plei­ne­ment jus­ti­fié que l’école pri­maire béné­fi­cie d’une prio­rité dans l’affectation des moyens", selon le rapport.

Le HCE demande égale­ment au gou­ver­ne­ment de "faire preuve de cou­rage", "mal­gré des inté­rêts contra­dic­toires et des groupes de pres­sion puis­sants", dans la déli­cate réforme des rythmes sco­laires actuel­le­ment "pas favo­rables aux appren­tis­sages et aux élèves". Cette réforme a été lan­cée par le ministre de l’Education, Vincent Peillon.

Pour l’organisme, il convient égale­ment de faire en sorte que les élèves fran­çais se sentent mieux.

"Les actes de vio­lence et les inci­vi­li­tés se sont mul­ti­pliés, le har­cè­le­ment s’est déve­loppé", "l’évaluation est vécue comme un juge­ment sou­vent dépré­cia­tif", l’orientation "tend à pro­cé­der par des exclu­sions suc­ces­sives vers des voies ou filières de moins en moins consi­dé­rées", énumère le HCE, qui insiste sur l’importance de la for­ma­tion des professeurs.

A la demande du gou­ver­ne­ment, le HCE émet des avis et for­mule des pro­po­si­tions. Créé en 2005, il doit être sup­primé. Dans son ultime rap­port, il appelle de ses voeux la créa­tion d’une ins­tance "d’évaluation du sys­tème éduca­tif indé­pen­dante et transparente".

Source : AFP


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 165402

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités /Agenda   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 9