SPIEN

Rythmes scolaires : la réforme s’appliquera bien à la rentrée 2013

samedi 17 novembre 2012 par SPIEN - Matulik / Terver

Le ministre de l’Education natio­nale Vincent Peillon a confirmé jeudi que la réforme des rythmes sco­laires se ferait à la ren­trée 2013, démen­tant un pos­sible report du retour de la semaine de quatre jours et demi dans le primaire.

"Cette réforme s’appliquera début 2013. Ca a été dit, ça a été répété. Je veux que tout le monde s’y engage", a-t-il déclaré en marge de la visite d’un lycée à Lille.

"Vous savez bien que c’est déjà acquis, la réforme des quatre jours et demi", a ajouté le ministre. "S’il y a encore des réti­cences, des inquié­tudes, des hési­ta­tions, on va les lever. C’est l’intérêt des élèves. Ca doit se faire avec les pro­fes­seurs et les col­lec­ti­vi­tés" locales, a-t-il pré­cisé en assu­rant que "la réforme avance".

L’Elysée avait déjà for­mel­le­ment démenti mer­credi soir des infor­ma­tions de presse selon les­quelles la pré­si­dence de la République réflé­chis­sait au report en 2014 de la réforme sur les rythmes sco­laires issue du débat sur la refon­da­tion de l’école et que M. Peillon s’est engagé à mettre en place à la ren­trée 2013.

Selon un son­dage du syn­di­cat SNUipp-FSU publié jeudi, seule la moi­tié des ensei­gnants est favo­rable au retour à la semaine de 4,5 jours dans le pri­maire à la ren­trée 2013, alors que la mise en place d’une alter­nance entre sept semaines de classe et deux de vacances est plébiscitée.

"L’intérêt du pays, l’intérêt des élèves, c’est ça qui doit pri­mer. Et les ensei­gnants le veulent. Dans le même son­dage, ils disent que le ministre de l’Education doit faire la réforme en se pré­oc­cu­pant de l’intérêt des élèves", a insisté M. Peillon.

"Si on veut des réus­sites, si on veut que le pays se redresse, si on veut don­ner à nos enfants ce qu’on a eu nous-mêmes (...), alors il faut faire cette réforme. Il faut la faire dans la concer­ta­tion. C’est ce que je fais, avec les ensei­gnants, que je res­pecte", a-t-il ajouté.

Les col­lec­ti­vi­tés locales redoutent de devoir assu­mer un coût sup­plé­men­taire pour les acti­vi­tés péri-scolaires et les trans­ports sco­laires engen­dré par une réforme.

Une nou­velle phase de dis­cus­sions doit encore se tenir pour abor­der l’emploi du temps quo­ti­dien des élèves et leur prise en charge après la classe.

Source : AFP


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 162411

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités /Agenda   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 12