SPIEN

Absentéisme scolaire : Pau-Langevin favorable à l’abrogation de la loi Ciotti.

lundi 15 octobre 2012 par SPIEN - Matulik / Terver

La ministre délé­guée à la Réussite éduca­tive, George Pau-Langevin, s’est décla­rée ven­dredi sur RMC favo­rable à l’abrogation du dis­po­si­tif sanc­tion­nant une famille pour l’absentéisme sco­laire de son enfant.

"Nous esti­mons que cette loi n’a rien réglé", a expli­qué la ministre. "Dire sim­ple­ment, c’est la faute des parents et on doit leur sup­pri­mer les allo­ca­tions fami­liales, c’est une déci­sion qui est sim­pliste et qui a été appli­quée un nombre de fois tout à fait ridi­cule", a-t-elle estimé.

"Cette loi a un dis­cours puni­tif à l’encontre des parents. Or la plu­part des parents sont angois­sés de voir leurs enfants (ne pas) réus­sir. Par consé­quent, ce n’est pas en leur disant qu’ils sont de mau­vais parents et en leur sup­pri­mant les allo­ca­tions fami­liales qu’on règle le pro­blème", a ajouté Mme Pau-Langevin.

Selon la ministre, "quand un parent com­mence à être dépassé par une situa­tion, il faut l’épauler".

La ministre a expli­qué qu’une pro­po­si­tion de loi (texte d’initiative par­le­men­taire) dépo­sée au Sénat serait "évoquée le 25 octobre". "Nous sommes en train de l’examiner", a assuré la ministre.

"Le gou­ver­ne­ment socia­liste est enfermé dans son aveu­gle­ment idéo­lo­gique et son incom­pé­tence", a dénoncé dans un com­mu­ni­qué le député UMP Eric Ciotti, à l’origine de cette loi, qui "a ins­tauré un dis­po­si­tif équi­li­bré et gradué".

"Depuis l’entrée en vigueur de cette loi jusqu’au mois d’août der­nier, 95% des cas dont se sont sai­sis les ins­pec­teurs d’académie ont été réso­lus (...) Les résul­tats montrent bien que lorsque les parents manquent à leur devoir, la simple menace d’une sus­pen­sion des allo­ca­tions fami­liales per­met de les res­pon­sa­bi­li­ser", a-t-il ajouté.

"Pourquoi reve­nir sur ce qui marche, uni­que­ment par idéo­lo­gie ? L’absentéisme est un fléau contre lequel il faut lut­ter par la pré­ven­tion mais aussi, bien sûr, par la sanc­tion. Sinon, quel signal envoyé aux élèves ?", a ren­chéri Camille Bedin, secré­taire natio­nale de l’UMP à l’Egalité des chances.

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, avait annoncé en mai que ce dis­po­si­tif, dont François Hollande avait pro­mis la sup­pres­sion, serait "évalué" et "rem­placé" si son "effi­ca­cité est faible".

Mis en place en jan­vier 2011, le dis­po­si­tif pré­voit en cas d’absentéisme trop fré­quent et non jus­ti­fié, après une convo­ca­tion des parents et un aver­tis­se­ment pro­noncé par l’inspecteur d’académie, que l’inspection d’académie peut exi­ger de la CAF la sus­pen­sion par­tielle des allocations.

Source : AFP


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 166573

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités /Agenda   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 7