SPIEN

La concertation sur l’école prône la semaine de 4,5 jours avec le mercredi.

dimanche 7 octobre 2012 par SPIEN - Matulik / Terver

La concer­ta­tion sur la refon­da­tion de l’école prône le retour à une semaine de 4,5 jours en pri­maire incluant le mer­credi matin, et un rac­cour­cis­se­ment de la jour­née de classe per­met­tant de faire les devoirs à l’école, ont annoncé les rap­por­teurs vendredi.

Ils ont laissé la porte ouverte au samedi matin choisi loca­le­ment, ont-ils pré­cisé lors d’une confé­rence de presse, en sou­li­gnant que leurs pré­co­ni­sa­tions n’engageaient pas néces­sai­re­ment le ministre de l’Education Vincent Peillon.

Cette demi-journée sup­plé­men­taire per­met­trait d’atteindre 180 jours de cours contre 144 actuel­le­ment, volume sou­haité par Vincent Peillon qui juge l’année sco­laire trop concen­trée et char­gée, au détri­ment des apprentissages.

Les rap­por­teurs se pro­noncent aussi pour une jour­née de classe qui ne dépasse pas 5 heures en pri­maire, en sixième et en cin­quième, et pas plus de 6 heures en qua­trième et troisième.

"Nous rajou­tons la néces­sité de pré­voir un accueil de tous les enfants jusqu’à une heure avan­cée de l’après-midi", a sou­li­gné l’ancien rec­teur Christian Forestier, l’un des quatre rap­por­teurs. "Ce temps doit per­mettre l’aide aux devoirs, l’aide per­son­na­li­sée", a-t-il ajouté.

"En pri­maire et durant les deux pre­mières années du col­lège, tous les enfants doivent être accueillis au moins jusqu’à 16H30, voire 17H00". Au-delà des cours, la jour­née doit com­prendre "une aide au tra­vail per­son­nel" et "des acti­vi­tés cultu­relles, artis­tiques et spor­tives", selon le rapport.

Une pause d’une heure et demie à la mi-journée est aussi demandée.

"Il fau­drait reflé­chir à un allon­ge­ment d’une ou deux semaines" de l’année sco­laire, mais ce sujet ne fait pas consen­sus, a pré­cisé M. Forestier.

Pour res­pec­ter l’équilibre sept semaines de classe-deux semaines de vacances, "soit on ne zone aucune vacance, soit on les zone toutes", a-t-il fait valoir.

Actuellement, les vacances d’hiver et de prin­temps ont lieu à des dates déca­lées, un casse-tête pour cer­taines familles recom­po­sées. Mais l’industrie du tou­risme y tient pour pré­ser­ver son chiffre d’affaires, notam­ment à la montagne.

Les créa­tions de postes d’enseignants doivent per­mettre de mettre en oeuvre le prin­cipe du "plus de maîtres que de classes" dans les zones dif­fi­ciles et dans les classes de CP et CE1, où on apprend la lec­ture, a indi­qué la socio­logue Nathalie Mons. Il s’agit de varier les pra­tiques péda­go­giques, ensei­gner à deux, par petits groupes...

Adoucir le pas­sage du CM2 avec un seul maître à la sixième avec dix pro­fes­seurs, devrait pou­voir se faire avec des pas­se­relles entre les deux.

Parmi les pré­co­ni­sa­tions figurent aussi la sup­pres­sion pro­gres­sive du redou­ble­ment, un ser­vice public de l’orientation pour qu’elle soit choi­sie et non subie, une plus grande liberté lais­sée aux familles dans l’orientation en fin de troi­sième, un ensei­gne­ment de langue vivante dès le CP et un plan numé­rique pour le primaire.

Côté notes, "plu­tôt qu’une notation-sanction, une évalua­tion posi­tive simple et lisible, valo­ri­sant les progrès".

Le rap­port évoque aussi la santé : "Garantir aux familles en grande pré­ca­rité" l’accès à la can­tine avec une aide finan­cière, ou pro­fi­ter des nou­velles tech­no­lo­gies pour dimi­nuer le poids des cartables.

Pour l’éducation prio­ri­taire, ils prônent des ensei­gnants expé­ri­men­tés dans les ter­ri­toires en dif­fi­culté, si pos­sible volon­taires et béné­fi­ciant de meilleures condi­tions de travail.

Source : AFP


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 159906

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités /Agenda   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 13