SPIEN

22.000 postes au concours des professeurs l’année prochaine.

mercredi 29 août 2012 par SPIEN - Matulik / Terver

Le ministre de l’Education natio­nale Vincent Peillon a annoncé lundi que 22.000 postes seraient ouverts au pro­chain concours des pro­fes­seurs, lors de l’accueil des pro­fes­seurs sta­giaires du second degré de l’académie de Créteil.

Ces postes ouverts au concours externe, pour entrée en fonc­tion à la ren­trée 2013, concernent le pri­maire et le secon­daire, dans le public comme dans le privé sous contrat et per­met­tront de rem­pla­cer tous les ensei­gnants par­tant à la retraite, a-t-on pré­cisé dans l’entourage du ministre.

"Il est fini le temps" où on ne renou­ve­lait pas un poste de pro­fes­seur sur deux par­tant à la retraite, a fait valoir M. Peillon, en réfé­rence à la poli­tique du pré­cé­dent gou­ver­ne­ment. "L’Education natio­nale vient de vivre une véri­table sai­gnée", a-t-il déploré.

François Hollande a pro­mis de créer 60.000 postes dans l’Education natio­nale au cours de son quinquennat.

En atten­dant la remise sur pied d’une for­ma­tion ini­tiale des pro­fes­seurs, qua­si­ment sup­pri­mée sous le gou­ver­ne­ment pré­cé­dent, les nou­veaux pro­fes­seurs vont béné­fi­cier cette année d’une décharge de trois heures de cours par semaine afin de pou­voir avoir une jour­née de for­ma­tion hebdomadaire.

"Si quelqu’un pense que c’est insuf­fi­sant, c’est bien moi", a sou­li­gné M. Peillon.

"Il y a en France des tas d’étudiants qui aspirent à deve­nir pro­fes­seur", mais des res­pon­sables poli­tiques qui n’ont pas su leur tendre la main" et qui ont "trans­formé l’entrée dans le métier avec la réforme de la mas­té­ri­sa­tion", avec le relè­ve­ment du niveau de recru­te­ment de Bac + 3 à Bac + 5, des études plus longues donc plus dif­fi­ciles à financer.

"Il ne faut pas confondre la crise de voca­tions et la crise des recru­te­ments", a-t-il insisté. "On leur a rendu les choses tel­le­ment plus dif­fi­cile", a-t-il regretté.

"Il est entendu que le métier va chan­ger, que le regard sur le métier va chan­ger", a-t-il assuré.

"Le temps où l’on peut s’attaquer aux ensei­gnants, mépri­ser les trans­mis­sions du savoir, l’enseignement de +La Princesse de Clèves+ (...), ce temps-là, c’est fini".


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 159906

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités /Agenda   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 9