SPIEN

Le projet de François Bayrou pour l’école

mardi 27 mars 2012 par SPIEN - Matulik / Terver

Le candidat du MoDem à la présidentielle, François Bayrou, a un objectif pour l’école : faire en sorte que la France figure, d’ici cinq ans, « dans les dix premiers du classement international », en référence à l’enquête PISA de l’OCDE. Aujourd’hui, elle est dans la seconde moitié.

Un sur deux. M. Bayrou souhaite mettre fin à la règle du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite dans l’éducation nationale, qui doit être « épargnée ».

Collège « hors les murs ». Au primaire, le candidat centriste veut consacrer 50% du temps à la maîtrise de l’écriture et à la langue française. S’agissant du collège unique, il considère qu’il est « une illusion quand on ne maîtrise pas les acquis ». Aussi propose-t-il de « diversifier » les parcours et de créer un « collège hors les murs » pour les élèves en échec. L’apprentissage dès 14 ans peut également être, selon lui, une réponse pour ces jeunes.

Bac d’excellence. Après une terminale qui préparerait mieux au supérieur, les élèves pourraient passer un « bac d’excellence à la fois littéraire et scientifique ». Pour l’ancien enseignant agrégé, l’obligation de choisir entre les deux séries est, pour certains, « trop difficile ».

Formation des enseignants. M. Bayrou souhaite rétablir l’année de formation en alternance et préserver les concours de recrutement nationaux. S’agissant de l’évaluation des enseignants, il considère qu’« il n’y a rien à changer » et que la notation pédagogique ne peut pas être assurée par le chef d’établissement, étranger à la discipline enseignée.

Temps de service. Le candidat assure que le décret de 1950 définissant le temps de service des enseignants serait maintenu. Mais leur temps de travail « peut être aménagé, sur la base du volontariat », a-t-il précisé. « On peut faciliter une présence plus longue dans l’établissement, par exemple en construisant des bureaux. »

Autonomie. M. Bayrou souhaite donner aux chefs d’établissement plus de prérogatives, notamment celles de recruter directement des remplaçants et de gérer des volumes d’heures pour organiser des « soutiens individualisés ou en petit groupe ». Ce qui est déjà le cas.

Source de la synthèse : la lettre de l’éducation.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 160422

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Pensées politiques pour la présidentielle...   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 48