SPIEN

Les enseignants ont "foi dans leur métier" mais le moral en berne.

samedi 17 mars 2012 par SPIEN - Matulik / Terver

Conditions de tra­vail dégra­dées, faibles salaires, suc­ces­sion de réformes... les ensei­gnants sont pour beau­coup "décou­ra­gés", selon des témoi­gnages et des experts, même s’ils ont encore "foi dans leur métier" et tentent de défendre leurs moyens.

"J’ai eu des vagues de décou­ra­ge­ment dans ma car­rière mais c’est la pire", témoigne une pro­fes­seure en lycée pro­fes­sion­nel à Lens (Pas-de-Calais) qui insiste pour gar­der l’anonymat, bien qu’étant syn­di­quée, car son poste est "sur la sel­lette, du fait des dimi­nu­tions de moyens".

"Les élèves qu’on accueille sont de plus en plus en dif­fi­cul­tés, sco­laires et sociales, mais nous en avons main­te­nant 34 par classe et les moyens, maté­riels et de temps, sont en baisse".

Son "moral n’est pas bon" et elle a envi­sagé l’an der­nier de quit­ter le métier ou d’avoir un ser­vice allégé en pas­sant le concours natio­nal de guide-conférencier, à l’approche de l’ouverture du Louvre-Lens en décembre 2012, mais son pro­jet n’a pas abouti.

Comme elle, 28% des ensei­gnants "pensent sou­vent quit­ter leur tra­vail", selon une enquête de 2011 sur "La qua­lité de vie dans les lycées et col­lèges", tan­dis qu’un agent de l’Education natio­nale sur sept (14%) se déclare en situa­tion "d’épuisement pro­fes­sion­nel" selon une étude de la mutuelle MGEN.

"Je n’ai jamais vu le corps ensei­gnant comme cela. Il faut remon­ter au Second Empire pour trou­ver un cli­mat aussi détes­table dans l’enseignement sco­laire", com­mente Antoine Prost, his­to­rien de l’éducation.

"Les pro­fes­seurs, très abî­més psy­cho­lo­gi­que­ment, sont dans une spi­rale dépres­sive", ajoute le péda­gogue Philippe Meirieu, devenu vice-président EELV de la région Rhône-Alpes.

"la tête sous l’eau"

"C’est main­te­nant depuis 10 ans que nos condi­tions de tra­vail se dégradent, avec des réformes impo­sées de l’extérieur et de moins en moins de temps à consa­crer aux élèves", expliquent Clarisse Bensaïd et Claire Caboche, res­pec­ti­ve­ment pro­fes­seur de fran­çais et docu­men­ta­liste aux col­lèges Jean-Perrin à Paris (20e) et Magellan à Chanteloup-les-Vignes (Yvelines), toutes deux syndiquées.

Or l’impératif actuel est de "faire réus­sir tous les élèves" car l’OCDE a révélé que le sys­tème éduca­tif fran­çais était un de ceux qui cor­ri­geait le moins les inéga­li­tés d’origine.

D’où un hia­tus : "nous avons foi en notre métier, mais les moyens pour bien le faire baissent", résume Olivier Claeren, pro­fes­seur dans un col­lège des Hauts-de-Seine qui vient de connaître deux jours de grève pour des moyens.

Autres motifs de décep­tion : les salaires (parmi les plus faibles de l’OCDE en début de car­rière mal­gré une récente reva­lo­ri­sa­tion) et, depuis 2010, l’entrée dans le métier à plein-temps.

"Quand vous avez un an la tête sous l’eau, à pas­ser toutes vos soi­rées à tra­vailler, tous vos week-ends, toutes vos vacances pour pré­pa­rer les cours (...), vous êtes vrai­ment en colère contre les choix poli­tiques faits", dit à l’AFPTV Romain Gentner, 24 ans, pro­fes­seur de col­lège débu­tant à Nemours (Seine-et-Marne), où il occupe un loge­ment de 23 m2.

"Les jeunes sont lar­ge­ment débor­dés", opine Sébastien Clerc, pro­fes­seur de lycée pro­fes­sion­nel en Seine-Saint-Denis, non syn­di­qué, qui a fait des for­ma­tions de tenue de classe.

A 36 ans, il gagne "moins de 2.000 euros nets par mois", comme Mme Caboche, 38 ans : tous deux jugent leur "pou­voir d’achat insuf­fi­sant compte tenu du coût de la vie en Ile-de-France".

"Avec ma com­pagne, aussi ensei­gnante, on vient de par­tir aux sports d’hiver mais on a fait le cal­cul, on ne par­tira sans doute pas cet été", témoigne M. Clerc : "vu le ser­vice qu’on rend dans la société, la jus­tice sala­riale n’est pas au rendez-vous".

Source : AFP


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 164468

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités /Agenda   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 1