SPIEN

Le CESE appelle à réformer un système éducatif « inégalitaire ».

lundi 17 octobre 2011 par SPIEN - Matulik / Terver

« Notre système éducatif a cessé d’être un facteur de réduction des inégalités. » C’est le constat sévère, mais guère nouveau, que dresse le Conseil économique, social et environnemental (CESE), dans un avis remis au gouvernement mi-septembre sur « Les inégalités à l’école ».

Les raisons de cette « panne » sont structurelles : la démocratisation de l’école, menée dans le cadre de la création du collège unique en 1975, « impliquait un changement en profondeur des objectifs et des méthodes d’enseignement qui n’a été réalisé que très partiellement et de façon confuse », analyse le CESE.

Plus récemment, « une conjoncture défavorable et de très sévères restrictions budgétaires [...] sont venues compromettre un peu plus cette situation », ajoute-t-il. Le Conseil invite l’Etat et les collectivités locales à faire de l’éducation « la première priorité nationale ». Les réformes qu’il préconise doivent permettre de « finaliser » la mise en œuvre du socle commun de connaissances et de compétences, de « refonder » l’éducation prioritaire de façon à l’ancrer davantage dans les territoires et à y concentrer les moyens. Plus audacieux, le CESE demande de renouer avec la carte scolaire pour favoriser l’hétérogénéité sociale des établissements et d’« intégrer » dans le temps de service des enseignants « l’ensemble de leurs tâches » (accompagnement personnalisé, relations avec les parents, travail en équipe, etc.). Par ailleurs, le CESE met l’accent sur l’autonomie des équipes éducatives, tout en faisant de l’autorité académique une instance de forte régulation.

Source des informations : la lettre de l’éducation.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 165414

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités /Agenda   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 49