SPIEN

Des collégiens privés de manuels pour des impayés de cantine

jeudi 15 septembre 2011 par SPIEN - Matulik / Terver

Des col­lé­giens de Saint-Herblain, près de Nantes, ont été pri­vés de manuels sco­laires à la ren­trée en rai­son d’impayés de can­tine, une "mal­adresse" qu’a regretté l’inspection aca­dé­mique, a-t-on appris mardi de sources concordantes.

"Le jour de la ren­trée, mon fils de 15 ans est revenu en disant : Maman, c’est la honte de ma vie. A l’école tout le monde a reçu les manuels, mais la prof les a repris à moi et un copain, en disant "il y a des choses que vos parents n’ont pas payées", a raconté à l’AFP une mère d’élève, Agustina Toffano, confir­mant une infor­ma­tion de Ouest France.

"En fait, nous devions un peu plus de 20 euros de l’année der­nière. J’avais reçu la fac­ture pen­dant les vacances mais mon mari est très malade, il a une leu­cé­mie, et c’est vrai que j’avais oublié", a-t-elle expliqué.

"Mon mari a été scan­da­lisé et, quand on a appelé l’école, l’assistante du direc­teur nous a dit que c’était le moyen qui avait été trouvé pour recou­vrer les dettes et que plu­sieurs écoles fai­saient cela", a-t-elle ajouté. "On a alerté l’inspection aca­dé­mique et on nous a dit que les livres seraient ren­dus. Mais ce matin, mon fils n’avait tou­jours pas eu ses livres et il y a déjà des devoirs", a-t-elle ajouté.

Ce n’est que mardi à la mi-journée, à la suite de la média­ti­sa­tion de l’affaire et huit jours après ses cama­rades, que les livres ont fina­le­ment été don­nés à l’élève, qui avait dû jusque-là copier sur ceux de ses cama­rades pour faire ses devoirs. "Il y a cer­tains devoirs qu’il n’avait pas pu faire", a regretté Mme Toffano, jointe à la sor­tie de l’école. Elle s’est féli­ci­tée que son fils ait récu­péré ses livres, en sou­li­gnant que d’autres enfants n’avaient pas encore les leurs.

"Mon mari a estimé que c’était inad­mis­sible et c’est pour­quoi il avait dit au col­lège qu’il ne don­ne­rait les 20 euros que quand notre fils aurait récu­péré les manuels. A l’école, d’autres élèves, les années pré­cé­dentes, ont déjà eu ce pro­blème", a ajouté Mme Toffano.

Le direc­teur du col­lège Ernest-Renan, Philippe Milville, inter­rogé par l’AFP mardi, a reconnu les faits mais sou­li­gné que "d’habitude, on inter­pelle les parents par ce moyen le jour de la ren­trée et le len­de­main, les élèves ont leurs livres. Là, la mal­adresse est que les livres n’ont pas été rendus".

"C’est une mal­adresse : il n’y a pas de lien entre une dette de can­tine, ni même une dette pour des manuels abî­més, et la dis­tri­bu­tion de ces der­niers", a indi­qué à l’AFP l’inspecteur d’académie Bernard Javaudin.

"L’école est obli­ga­toire. Les livres sont gra­tuits et doivent être dis­tri­bués à tous", a-t-il sou­li­gné, assu­rant être "immé­dia­te­ment inter­venu" après avoir été saisi par la famille

Source :AFP


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 159803

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités /Agenda   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 8