SPIEN

Trois députés UMP proposent de créer des « études métiers » en 4e et 3e.

samedi 23 juillet 2011 par SPIEN - Matulik / Terver

Un dispositif en chasse un autre… Après les classes de 4e et 3e technologiques, après le 3e de découverte professionnelle, les sections études métiers. L’initiative revient à 3 députés de l’UMP, Gérard Cherpion, Bernard Perrut et Jean Charles Taugourdeau, dans une proposition de loi visant à développer l’alternance. Le texte a été adopté par l’Assemblée Nationale le 21 juin. Il sera examiné au Sénat d’ici à la fin du mois, une procédure accélérée étant engagée afin que les dispositions soient applicables dès la rentrée. Selon la proposition de loi, des « aménagements particuliers » seraient instaurés en 4e et 3e pour favoriser « la découverte des métiers et des formations ». « Les études métiers sont à l’image des sections sport-études, explique M. Cherpion. Un certain temps est consacré à des stages d’observation, des rencontres et des visites d’entreprises ». Les députés souhaitent aussi abaisser l’âge minimum pour signer un contrat d’apprentissage à 15 ans, à condition d’avoir terminé la 3e. Des jeunes de 14 ans qui fêteraient leur 15e anniversaire durant l’année de signature du contrat pourraient aussi être autorisés à entrer en apprentissage. Actuellement, l’âge minimum est de 16 ans, selon le code du travail (soit l’âge limite de la scolarité obligatoire). Le « dispositif d’insertion aux métiers de l’alternance » (DIMA) le fixe à 15 ans « à la date d’entrée dans la formation ». « Derrière ces dispositifs, il y a l’idée selon laquelle la seule solution pour les élèves en difficulté, c’est les orienter le plus tôt possible vers l’apprentissage ».

Source des informations : la lettre de l’éducation.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 164376

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités /Agenda   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 44