SPIEN

Le principe de laïcité rappelé à des lycéennes musulmanes en robe longue.

mercredi 23 mars 2011 par SPIEN - Matulik / Terver

Des lycéennes musul­manes por­tant de longues robes dans leur établis­se­ment de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) et qui affirment avoir été mena­cées d’exclusion se sont uni­que­ment vu rap­pe­ler le prin­cipe de laï­cité, a dit mardi à l’AFP le syn­di­cat Snes.

Une lycéenne de l’établissement Auguste-Blanqui avait aupa­ra­vant dit à l’AFP qu’elle avait été convo­quée, avec trois autres jeunes filles, par la direc­tion du lycée. Toutes sont cou­vertes d’une longue et large robe noire, qu’elles conservent dans l’établissement, contrai­re­ment à leur voile.

"La loi sur la laï­cité a été rap­pe­lée aux jeunes filles et il leur a été dit qu’elles devaient enta­mer une réflexion à l’avenir pour se posi­tion­ner par rap­port à cette règle et pour savoir si elles vou­laient res­ter dans l’établissement l’année pro­chaine", a rap­porté Clément Dirson du syn­di­cat Snes, après des échanges avec ses col­lègues de l’établissement, qui ont ren­con­tré la direc­tion mardi.

"On n’est pas dans une logique d’exclusion, le prin­cipe de laï­cité leur a été rap­pelé (...), mais cela a pu être perçu comme une menace d’exclusion", a-t-il ajouté.

La lycéenne, qui n’a pas sou­haité don­ner son nom, avait déclaré mardi matin avoir été convo­quée le 11 mars : "L’adjoint du pro­vi­seur et le CPE (conseiller prin­ci­pal d’éducation) m’ont dit que ma robe était un signe reli­gieux osten­ta­toire", a-t-elle raconté. "On m’a dit : Si tu reviens avec, tu vas devoir quit­ter l’établissement", a-t-elle poursuivi.

"Quand je leur ai dit que c’était une robe nor­male et qu’on s’habille comme on veut, on m’a répondu que la loi ne concer­nait pas seule­ment le voile", avait pré­cisé l’élève.

Une autre lycéenne, égale­ment voi­lée, vêtue de noir et qui a été convo­quée, a affirmé que la direc­tion lui avait dit : "Tu ne viens plus avec ta robe, sinon, on ne t’accepte plus".

Contacté par l’AFP, le rec­to­rat de Créteil n’a pas sou­haité s’exprimer sur des menaces d’exclusion, décla­rant : "Les élèves sont sco­la­ri­sées" et "sont actuel­le­ment en cours".

L’affaire sus­cite depuis plu­sieurs jours un fort émoi sur les forums de sites communautaires.

"Les col­lègues se sentent inju­riés par les accu­sa­tions d’islamophobie", a dit Clément Dirson. "C’est un lycée avec des gens d’origines dif­fé­rentes et cette coha­bi­ta­tion s’est tou­jours pas­sée dans un grand res­pect mutuel", a-t-il ajouté.

Les ensei­gnants de l’établissement ont demandé au rec­to­rat "de leur appor­ter un éclair­cis­se­ment sur le sta­tut à accor­der à cette longue robe", a-t-il ajouté.

Source : AFP


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 163433

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités /Agenda   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 80