SPIEN

Le « plan sciences » de Luc Chatel, un « écran de fumée » ?

mercredi 23 février 2011 par SPIEN - Matulik / Terver

Dans le contexte actuel de restrictions budgétaires, les annonces du ministre de l’éducation nationale, le 31 janvier sur l’apprentissage des sciences et des technologies à l’école nous laissent dubitatif. Ce plan est « une compilation de dispositifs qui existant depuis des années » visant « à masquer la crise profonde » de l’école. Au primaire, la pratique quotidienne du calcul mental n’est pas une nouveauté. En 2007, Gilles de Robien, alors ministre de l’éducation avait instauré « une pratique du calcul mental d’au moins quinze minutes par jour à partir du CP », lit-on dans une circulaire du 2 mars 2007. « Ces activités sont pratiquées régulièrement dans les classes ». Au collège, l’enseignement intégré des sciences et technologies (EIST) est expérimenté depuis 2006. Dans le sillage de la main à la pâte, ce dispositif vise à décloisonner les disciplines : « Les élèves reçoivent une enseignement intégrant les trois disciplines (sciences et vie de la terre, physique-chimie et technologie), avec un seul enseignant. Nous pourrions nous féliciter des annonces sur la formation des enseignants (mise en place d’une épreuve de maths et de sciences dans le concours de professeur des écoles, développement de la formation continue, etc…), si la formation professionnelle initiale des enseignants n’était pas sacrifiée au nom des contraintes budgétaires.

Source des informations : la lettre de l’éducation.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 159803

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités /Agenda   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 8