SPIEN

Un appel contre la "dégra­da­tion sans pré­cé­dent" de la place des sciences écono­miques et sociales (SES).

lundi 7 février 2011 par SPIEN - Matulik / Terver

Un appel contre la "dégra­da­tion sans pré­cé­dent" de la place des sciences écono­miques et sociales (SES) en classe de seconde a été lancé ce week-end à l’occasion des états géné­raux des SES, orga­ni­sés à Paris par l’association des pro­fes­seurs de cette dis­ci­pline, l’Apses.

"Nous deman­dons au ministre de l’Education natio­nale que les SES, plé­bis­ci­tées par les lycéens, ne soient plus trai­tées comme un +ensei­gne­ment d’exploration+ parmi d’autres mais soient inté­grées dans le tronc com­mun de la classe de seconde avec un horaire reva­lo­risé", est-il écrit.

Parmi les pre­miers signa­taires figurent Christian Baudelot, pro­fes­seur de socio­lo­gie à l’Ecole nor­male supé­rieure, André Orléan, pro­fes­seur d’économie à l’Ecole d’économie de Paris et direc­teur de recherche au CNRS, ou Pierre Rosanvallon, pro­fes­seur au Collège de France.

La réforme de la classe de seconde, entrée en vigueur à la ren­trée 2010, a réduit de 2h30 à 1h30 le temps d’apprentissage heb­do­ma­daire des SES, mis en concur­rence avec les "prin­cipes fon­da­men­taux de l’économie et de la gestion".

Toutefois, 85 % des élèves de seconde ont choisi cette année les SES, alors qu’ils étaient 43 % avant la réforme à suivre ce qui était une option.

Quelque 2.500 ensei­gnants de SES (soit la moi­tié de la pro­fes­sion) ont par ailleurs signé une péti­tion deman­dant un mora­toire sur les nou­veaux pro­grammes de 1ère pré­vus pour la ren­trée 2011.

Il leur est repro­ché de ne plus per­mettre une entrée par les sujets de société mais de cen­trer l’enseignement sur des notions, de sup­pri­mer la notion de "classes sociales", ou de réduire les approches croi­sées entre l’économie et le social.

Et le futur pro­gramme de ter­mi­nale est aussi cri­ti­qué par l’Apses, sou­te­nue par l’Association fran­çaise d’économie poli­tique (Afep) qui plaide pour pré­ser­ver l’approche concrète et la plu­ri­dis­ci­pli­na­rité qui carac­té­ri­saient jusqu’alors l’enseignement des SES.

"Contre la ten­dance actuelle visant à cal­quer les pro­grammes du secon­daire sur ceux du supé­rieur", l’Afep "rap­pe­lait" récem­ment "l’état catas­tro­phique, du point de vue de la trans­mis­sion des connais­sances et de la for­ma­tion intel­lec­tuelle, des études d’économie dans de nom­breux établis­se­ments d’enseignement supérieur".

Source : AFP


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 159928

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités /Agenda   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 20