SPIEN

PISA 2009 : le système éducatif français bat des records d’injustice.

samedi 1er janvier 2011 par SPIEN - Matulik / Terver

Les résultats de l’enquête PISA, publiés le 7 décembre révèlent que la France se place tout juste à la moyenne des pays de l’OCDE. Ses résultats sont en baisse depuis dix ans. Ils confirment aussi que, notre système éducatif ne joue plus son rôle d’ascenseur social.

Rendu public le 7 décembre, le programme international pour le suivi des acquis des élèves de 15 ans (PISA), montre un pays tout juste dans la moyenne de l’OCDE. Les résultats de 2009 sont mauvais pour la France à plusieurs titres. Non seulement les résultats bruts sont médiocres, mais la tendance depuis 2000 est négative. Enfin, PISA décrit un système éducatif de plus en plus injuste. Alors que la moyenne des pays de l’OCDE tourne autour de 500 points, la France obtient 496 en compréhension de l’écrit, 497 en mathématiques et 498 en sciences. En compréhension de la lecture, les élèves français chutent de 9 points et de 6 places, passant de la 12ème à la 18ème place en dix ans.

En mathématiques, la France régresse de la 13ème à la 16ème place, perdant 14 points depuis 2003. Dans le même temps, l’Allemagne a gagné 10, l’Italie 17 et le Portugal 21. En sciences, en revanche ; la France campe toujours à la 21ème place avec un score de 498 points. Ces résultats marquent un autre indicateur. Notre école est injuste. « En France, l’impact du milieu socio-économique sur la performance est plus grand que dans la moyenne des pays de l’OCDE. Les diverses caractéristiques du milieu familial explique 28% de la note », assure Eric Charbonnier, le responsable de PISA France. Une hausse qui montre que l’école ne joue plus son rôle d’ascenseur social. Autre information de PISA 2009 : les élèves sont de plus en plus nombreux à rester en bas de l’escalier. « Le groupe des moins bons élèves en maîtrise de la langue augmente de 5%. Ce sont souvent des garçons et leur niveau scolaire à 15 ans – qui est prédictif de la suite de leurs parcours – n’est pas ce qu’on peut attendre dans une société de la connaissance », rappelle le responsable su programme. Aujourd’hui, 22,5% des jeunes français – soit 2% de plus que dans la moyenne des pays de l’OCDE – peinent à extraire des informations d’un texte, voire à dégager l’idée force d’un écrit. En mathématiques, c’est le même constat. La proportion des élèves les moins performants a aussi augmenté de manière significative entre 2003 et 2009, passant de 16,6% à 22,5%. Ce qui signifie que les élèves ne savent aborder un problème que si celui-ci ne nécessite pas d’étape intermédiaire pour la résolution. Ils sont capables d’appliquer une formule, pas d’échafauder une stratégie qui conduirait à la résolution d’un problème.

Source des informations : la lettre de l’éducation.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 165414

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités /Agenda   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 49