SPIEN

Lycée technologique : l’heure de la contestation.

dimanche 5 décembre 2010 par SPIEN - Matulik / Terver

Les nouveaux programmes de STI et STL qui s’appliqueront en 2011 er 2012, sont contestés par certains syndicats pour leur caractère généraliste. Par ailleurs, selon les syndicats, la réforme implique des reconversions forcées et des suppressions de postes.

A l’heure ou s’achève la consultation des programmes pour les séries sciences et technologies industrielles (STI) et sciences et technologies de laboratoire (STL), qui seront appliqués en 1ère à la rentrée 2011 et en terminale à la rentrée 2012, plusieurs syndicats alertent sur les conséquences de la réforme, tant en termes de contenu des programmes que d’avenir des enseignants.

Programmes : Cette réforme a été conçue de manière « à rendre la filière technologique plus polyvalente, pour permettre la poursuite d’études dans le supérieur » explique-t-on au ministère de l’éducation nationale. De ce fait les séries STI et STL qui comptaient seize spécialités et options sont réduites à six. « Cela rend la filière plus lisible aux yeux des élèves, des familles et des entreprises », poursuit le ministère. En outre, les enseignements généraux, communs aux deux séries, gagnent une heure. Le volume horaire des enseignements technologiques, dont certains sont transversaux, diminue. « Le travail pratique autour de l’objet technique disparaît au profit d’une élargissement des compétences générale des élèves ». La réduction du nombre d’heures consacrées aux travaux de groupe qui tend à valider la thèse d’une réforme dont l’objectif est de diminuer le nombre de personnels inquiète.

Personnels : Moins de spécialités et de dédoublement égale moins d’enseignants ? Dans les académies les entretiens de « positionnement » ont déjà commencé. « Les enseignants sont invités à se reconvertir dans d’autres disciplines, à aller enseigner la technologie au collège, voire à quitter l’éducation nationale. C’est la mobilité forcée pour des milliers de collègues que le ministère a engagé sans le dire. Le plan de formation concernera 1000 enseignants dans l’immédiat. Les formations se feront au cas par cas selon les académies et seront plus ou moins intensives, certaines pouvant aller jusqu’à 3 ans.

Source des informations : la lettre de l’éducation.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 166420

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités /Agenda   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 82